Total des vues

mercredi 9 octobre 2019

Saba Senegalensis ou Zaban


En Mooré, on l’appelle Wéda. Pour le Dioula, c’est Zaban. On le rencontre un peu partout dans les marchés du Burkina Faso. Avec un goût aigre sucré, ce fruit sauvage est prisé par les enfants et même les adultes.
Saba Senegalensis, nom scientifique de la liane Wéda, est disponible dans presque toutes les régions du Burkina Faso.

La maturation fruitière de la liane Saba intervient entre les mois de Mai et Août avec un pic de production en Juillet. Le fruit se présente dans une coque globuleuse qui contient des graines enrobées de pulpes jaunes très moelleuses et juteuses qui peuvent être consommées directement. Elles sont acidulées et sucrées. On peut déguster Zaban tel quel ou l’assaisonner avec du sucre, du sel et du piment. Certains enfants y ajoutent de la cendre ou de la potasse, question de diminuer son acidité. Mélangées avec de l’eau et du sucre, les pulpes donnent une délicieuse boisson communément appelé Zabandji, en langue Dioula.
Le fruit de Zaban, mangé tel ou transformé avant d’être consommé a un goût exceptionnel !

En plus des atouts organoleptiques du fruits, l’arbre de Zaban est un excellent remède en médecine traditionnelle. Certains tradipraticiens les recommandent pour le traitement de la stérilité féminine. Ses feuilles macérées constituent un excellent remède pour lutter contre les vomissements et les maux de ventre tandis que son latex aide à lutter contre la toux et la tuberculose.

En terme de médecines traditionnelles infantiles, la plante de Weda est également connue pour soigner les maux d’yeux, les maux de ventre, etc. « Presque toutes les mamans exigent les écorces de Zaban dans les canaris de médicaments de leurs enfants », nous dit maman Naminata, vendeuse de médicaments traditionnels au grand marché de Bobo-Dioulasso.
Que ce soit ses feuilles, ses racines, ses écorces, les peaux et même le jus de la liane saba, toutes les parties de cette plante sont utilisés comme médicaments traditionnels. Son jus est utilisé pour combattre les vertiges.
Dans l’artisanat, les feuilles, les rameaux et les fleurs du Zaban sont utilisés pour la teinture. Dans certaines cultures, son latex, colle glue plus ou moins de bonne qualité, est utilisé comme poison pour envenimer les flèches.

Saba Senegalensis, cette plante sauvage et grimpante, ce don de la nature est vraiment un trésor inestimable.


Nous suivre aussi sur Facebook, Twitter et Youtube

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire